Rencontre : Leandro Erlich

Portrait | 29 DÉC 2017

Rencontre : Leandro Elrich

Après « Er Xi » par Ai Weiwei en 2016 et « Where are we going ?» par Chiharu Shiota en 2017, Le Bon Marché Rive Gauche poursuit avec passion son engagement en faveur de la création contemporaine et laisse cette année carte blanche à l'artiste argentin, Leandro Erlich. À partir du 12 janvier, Le Bon Marché Rive Gauche accueillera l'exposition « Sous le ciel » qui regroupe de nouvelles productions et des pièces imaginées in situ par l'artiste sur le thème du rapport de chacun à l'espace, au réel et au vraisemblable. Rencontre avec l'artiste Leandro Erlich qui présente sa vision si poétique du ciel de Paris et parle de son échange privilégié avec Le Bon Marché Rive Gauche.

Pouvez-vous nous parler de l'exposition et de son titre « Sous le ciel » ?


L’exposition « Sous le ciel » est le fruit d’une collaboration avec le Bon Marché Rive Gauche. Nous avons eu l’idée de ce projet ensemble en ayant pour but de surprendre le visiteur en lui proposant une expérience inédite, dans un lieu auquel il ne s’attend pas forcément. En ce qui concerne la thématique de l’exposition, et son titre « Sous le ciel », cela provient de ma fascination pour le ciel d’une ville. Pour moi, chaque ville entretient une relation forte avec « son » ciel. Il influence sa population, son dynamisme et son ambiance générale. Le ciel d’une ville change la perception que l’on en a : un jour nostalgique et propice à la réflexion, il peut-être plus heureux le lendemain. À partir de là, j’ai développé plusieurs pièces, dont une installation qui prend place sous la verrière du Bon Marché Rive Gauche, comme protagoniste d’une histoire dans laquelle je reproduis l’idée de nuages et de ciel.


Pourquoi le ciel de Paris ? Est-il différent de celui de Buenos Aires ?


Je pense que le ciel de Paris est différent de celui des autres villes. J'ai l'impression qu'il a un vrai rapport avec l’humeur, et l'esprit des gens. Le ciel de Paris est un ciel qui change beaucoup parfois au cours d'une même journée. Un jour comme aujourd’hui, c’est un ciel qui m’amène à la réflexion.

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour créer « Sous le ciel » ?


Ce qui m’a inspiré depuis le début de ce projet, ce sont les éléments architecturaux les plus forts du Bon Marché Rive Gauche à savoir, l’escalator central, les verrières... Ce sont des éléments emblématiques de ce lieu.


Que représente pour vous une exposition au Bon Marché Rive Gauche ?


Pour moi, Le Bon Marché Rive Gauche est un espace qui m’interpelle comme un univers à part entière. Je pense qu’il y a une espèce de rêve et de fantôme derrière. Cet espace est ancré dans la ville, mais l’enchantement qu’il nous procure nous transporte ailleurs. C’est un espace qui propose des choses quelques fois inattendues, mais qui en même temps fait partie du quotidien de nombreux citadins. J’ai conçu le projet « Sous le ciel » en écho à cette quotidienneté qui se ressent dans les changements perpétuels au-dessus de nos têtes.
J’ajouterais que Le Bon Marché Rive Gauche est un magasin emblématique qui a une histoire très riche et qui d’après moi est une forme de représentation de la culture. Au-delà d’être un lieu d’échanges commerciaux, c’est aussi un lieu d’expression culturelle et qui se prête bien à des expositions de ce type.

« Nubes de Paris », par Leandro Erlich. Cette série de photographie a été prise pendant la création de l’exposition « Sous le ciel », en novembre 2017, en hommage aux ciels de Paris, dans différents quartiers de la capitale.